TALENT : Maxime, chef sommelier, du palais et de la bouteille

Maxime, chef sommelier, du palais et de la bouteille

Entre le vin et lui, c’est l’histoire d’une évidence. Est-ce la proximité des vignes qu’il croisait sur la route de l’internat à Dijon, son enfance en Bourgogne ? Sur cette inclinaison naturelle, Maxime Lucas a su construire pour se donner les moyens de ses ambitions. Portrait d’un sommelier rouge passion.

26 ans et déjà un parcours qui en dit long. C’est auprès de l’ancien chef sommelier de l’Arpège que Maxime se frotte au métier. Son insatiable soif d’apprendre le pousse chez des étoilés parisiens auprès de qui il va compléter son éducation sommelière. Avec le chef Jean-Louis Nomicos, ancien commandant du restaurant Lasserre, il se nourrit et étoffe son expérience. Curieux de tout, il entreprend alors un tour de France des régions viticoles. Deux ans dans le Languedoc pour s’imprégner de la typicité d’un terroir et observer le travail des vignerons puis il s’envole pour la vallée de la Loire. Là il fait de belles découvertes, aiguise son palais sur de jolies pépites et va à la rencontre des artisans du vin. Après l’est, le sud, l’ouest, c’est tout naturellement au Nord que le porte sa quête. Aboutissement de son tour de France, l’Alsace est une région qui a beaucoup à offrir au jeune sommelier, à commencer par un tremplin pour ses aspirations : la Maison des Têtes. Attiré par l’empathie toute naturelle du couple Girardin et la bienveillance d’une Maison qui porte ses collaborateurs dans la lumière, Maxime prend rapidement ses marques. Il s’imprègne d’une très belle carte des vins, bien construite et frotte ses papilles aux flacons d’Alsace. Sa belle découverte parmi les trésors du terroir : Le Domaine Ostertag Muscat Fronholz 2008 dont les notes mentholées et la fraicheur s’accordent à l’unisson avec le menu végétal d’Éric Girardin. Autre vin, autre accord coup de cœur : la cuvée Brézé Saumur Blanc 2013 du domaine Guiberteau. Référence encore confidentielle de la Loire, ce saumur blanc haute couture exprime un bel équilibre entre matière et minéralité pour accord parfait avec le menu poisson du chef.

Poussé par l’envie de s’abreuver de l’Alsace et par la confiance du couple Girardin, Maxime a trouvé dans la Maison des Têtes l’écrin pour abriter son talent. Nul doute que cet amateur d’art, passionné jusqu’à la dernière goutte saura joliment l’exprimer.